Si Vallenay était conté

USINE ET DIGUE

On sait que l’exploitation des mines remonte au temps des gaulois, comme le prouvent de nombreux vestiges répandus sur le sol. César mentionne l’importance de cette industrie et l’intelligence des habitants dans l’exploitation de ces mines.

Les Sarrasins importèrent en France de grands perfectionnements dans le travail en substituant aux forges à bras, des forges mobiles, des établissements fixes avec hauts fourneaux mus par la force hydraulique.

A la fin du Moyen-âge, Bigny est situé sur le territoire très boisé d’un domaine seigneurial. Le Marquis Charles de Bigny qui est l’un des grands écuyers de François 1er est voué à la métallurgie: une convention d’exploitation d’une forge « faisant fer par eau » passée entre les « feux » et leur seigneur porte la date du 7 septembre 1573.

Qui dit forge dit eau : les métallurgistes de Bigny ont détourné le Cher par une digue et un canal, l’eau faisant tourner les roues à aube.Qui dit forge dit évidemment fer : le minerai est extrait du site dans un rayon de 10 km.

Les Marquis de Bigny étaient propriétaires des forges (créees sous l’administration de Colbert). Jadis le département du Cher était le premier producteur de fer de France. A cette époque fut construite une digue barrant le Cher afin d’alimenter le canal de dérivation. Elle était faite de fagots (encore devons nous être prudents avec ces dates).

Quand ont lit dans les chroniques qu’en 1640 la famille de Bigny obtint le droit de construire sur le Cher une digue de fagots, cela nous évoque un ouvrage rudimentaire digne de gaulois ou de peuplades primitives. Or, il n’en est rien, il s’agit d’une technique encore en usage d’ailleurs avec moyens accrus, technique qui permet la construction d’infrastructures hydrauliques considérables et durables. Elle a l’avantage de ne pas réclamer l’implantation d’un bardeau et d’utiliser la rivière elle-même.

En fait, en période de basses eaux on enfonçait dans le lit de la rivière des pieux à intervalles réguliers dans lesquels on entrelaçait des baliveaux. Bien entendu l’eau passait au travers. Devant cette palissade solide mais rudimentaire, on entassait des fagots et des fascines. Comme cette opération se faisait généralement en été, fagots et baliveaux étaient encore couverts de leurs feuilles.

A ce stade du travail, en partant d’une des rives, on déversait sur le devant des fagots, de la terre, la plus argileuse possible; une grande partie partait au fil de l’eau mais le courant peu à peu colmatait tout, grâce à cette boue glaiseuse retenue par les feuilles et les ramilles.

Ainsi, de proche en proche, en avançant , on arrivait à conduire l’eau où on le désirait , en l’occurence dans le canal de dérivation. Bien entendu on avait construit, en charpentes bien implantées avant que l’eau ne soit canalisée et ait atteint sa force (généralement près des rives) ,les empellements nécessaires pour les fortes eaux et qui restaient ouverts jusqu’à ce que la dernière brouettée de terre fût enlevée du canal. Il restait alors à les fermer et la rivière était déviée en tout ou partie pour couler dans le canal et le remplir.

Le plus souvent alors on remblayait encore la digue avec fagots et terre en avant pour consolider et en arrière pour assurer en plus une large chaussée permettant l’entretien et le passage. Il va sans dire que pour tous les barrages la solidité de l’ouvrage dépendait de son ancrage dans le lit de la rivière mais celui-ci était aidé par le poids de la terre accumulée.

On peut se rendre compte par cette description sommaire, que digue de fagots ne signifiait pas une construction rudimentaire comme en feraient les indiens Jivaros pour s’assurer d’une bonne pêche, mais d’un travail qui était capable de durer plusieurs siècles et qui en plus, par rapport à la digue actuelle, offrait l’avantage en période d’eaux relativement basses, de permettre le passage des bêtes de selle ou de bât et même en été des « voiturons », d’autant plus que le canal était, presque en face, traversé d’un pont carrossable facilitant le passage d’Allichamps au Château de Bigny et à Vallenay (Pierre Aubailly – Bulletin communal).

En 1770, (le minerai vient de Lespinasse) on installe un haut-fourneau et une fonderie qui produisent environ 375 tonnes de fonte par an , convertie en fer doux. Le produit transformé est commercialisé et acheminé via le Cher vers Nantes et vers l’Auvergne. L’exploitation du site se révèle relativement performante : dans les années 1780 on parvient même à y produire des canons (Robin).

Un texte de 1837 rapporte que celle-ci se compose d’un hauit-fourneau, d’un lavoir à minerai mû par une roue hydraulique, d’une forge à quatre feux et à deux marteaux, d’une fonderie anglaise, de deux trains de cylindres lamineurs et de trente huit bobines de tréfilerie. Une machine à vapeur de la force de trente chevaux est en outre destinée à suppléer à l’insuffisance des eaux. Bientôt une seconde machine de cent chevaux sera installée.

Cette usine consomme annuellement quarante mille stères de bois à charbon et huit mille hectolitres de houille.

Ajoutons que le minerai était trouvé sur place et que le bois provenait d’Arpheuille et de Meillant. Traité au charbon de bois, le fer était particulièrement renommé (c.f. La vie des Mineurs de Chambon).

L’usine occupait 36 ouvriers (sans compter les contremaîtres, les muletiers, les charbonniers et les bûcherons). Les autres emplois étaient également nombreux puisqu’on sait qu’à la forge il y avait cent vingt six mulets et cent dix neufs ânes chargés du transport du minerai et du charbon.

 

————————————————————————–

Nous avons dans nos archives (malheureusement sans références précises) un texte indiquant que Léonard de Vinci aurait travaillé au plan de la digue et du canal.

Ajoutons que le 4 janvier 1724, nous trouvons la continuation d’un bail au Sieur Larduinat , de terres, prés, domaines et bois par Mr de Bigny moyennant 3 400 l. devabt Foullenay notaire. (Archives privéees). Vers 1730-33, un texte d’archives (457 n°27-28) indique que, si le propriétaire est toujours le Seigneur de Bigny, l’exploitant Louis Lardouinat (et son fils Louis) achètent du bois dans la forêt de St Palais appartenant à l’archevêque de Bourges. ( Sans nous étendre sur la présence de notre ancêtre à cette époque, signalons qu’en 1741, ce Louis Lardouinat – marchand de bois – est en procès contre les sieurs Samson et consors et Alain Paradis – Arch. N.A. 684)

 

 

Les seigneurs de Bigny étaient donc autrefois de puissants maîtres de forge. Un texte retrouvé en mairie nous laisse entendre que le « Champ de vaine pâture » aurait été donné par la famille Augier, à Bigny, pour la construction d’une sorte de « corons » (logements des ouvriers).

A la suite de partages au début du XIX ème siècle, les forges passèrent aux mains de la famille d’Osmond (ancêtre du duc de Maillé, Madame d’Osmond est la fille de Caroillon-Destillères) et propriétaire du château de Châteauneuf-sur-Cher.

Le cadastre de 1820 indique que le marquis d’Osmond était propriétaire de la forge et de ce qui l’entoure, tandis que le baron Augier (descendant des seigneurs de Bigny) possédait le château et les terres voisines.

Vers 1830, M.GALLICHER, était directeur des forges de Bigny. Son fils Louis, sorti ingénieur de Centrale en 1837, à 23 ans, vint aider son père, puis en 1839 prit la direction de l’usine.

Il épousa alors la fille de l’intendant du comte d’Osmond. Durant son séjour à Bigny,de 1837 à 1851, il prit une part active à la vie agricole de tout le département.

La forge était prospère à cette époque et le resta longtemps encore .

L’usine se compose de :

– un haut-fourneau au charbon de bois avec un lavoir à mine sur le bief avant,

– quatre feux de forge au charbon de bois avec deux marteaux,

– cinq fours à réchauffer la houille,

– une fonderie avec deux trains de laminoirs et trente huit bobines de tréfilerie.

et pour le travail on compte :

– dix neuf ouvriers au haut-fourneau,

– douze forgerons et six aides aux feux de forge,

– vingt ouvriers au laminage,

– douze ouvriers à la tréfilerie,

– quatre ouvriers aux fours à réchauffer,

– trente ouvriers à l’extraction du minerai,

– soixante dix transporteurs et voituriers (minerai, charbon de bois, etc…).

On produit mille tonnes de fonte affinée sur place (on sait que cent tonnes de minerai donnent huit tonnes de fer, que le haut-fourneau fonctionne toujours au bois et que les fours à réchauffer de la forge consomment huit  cents tonnes de houille).

Des statistiques de 1870 montrent que la majeure partie de la population avait son emploi à « l’usine ». On trouve sur les listes électorales, et à l’Etat-Civil, tous les corps de métiers, depuis le lamineur, le tendeur, le routier … jusqu’au marteleur.

Un autre maître de forges, très actif, fut vers 1875 M.Tremeau.

En 1889, les forges s’arrêtent; on commençait à s’apercevoir des difficultés de rentabilité (transport du charbon, concurrence, etc…).

La population du village baisse.

1876 : 1 443 hab.

1881 : 1 350   –

1891 : 1 049  –

1896 :    957 –

1901 :    901  –

En 1905, M.Clément Labbé, venu de St Florent, reprend la forge qui fonctionne tant bien que mal jusqu’à la guerre de 1914-1918.

En 1918, M. Véry le remplace pour y travailler le bois (menuiserie, parquetterie); puis il achète une partie des « ordons » du bois de Bigny et fait construire vers 1920 de nouvelles usines (fabrication de coffres d’accumulateurs pour les chemins de fer, puis installation d’une chaînerie électrique : on y fait du grillage et des pointes). Un embranchement de chemin de fer est créé.

Ainsi , l’industrie métallurgique est revenue à Bigny; la vieille forge est abandonnée et toute l’activité transportée dans les nouveaux bâtiments.

Il faudra attendre les annéees précendant la seconde guerre mondiale pour voir reprendre vraiment l’activité industrielle de Bigny. Vers 1938, l’usine de M.Véry reprise par M.Valentin est acquise par la Sté Métallurgique de Gorcy. Cette importante maison lorraine doit se replier en raison des menaces de guerre Un moment même, Bigny et Vallenay recevront toute la population de la commune de Gorcy et notamment tous les cadres de l’entreprise.

La guerre terminée, on hésite à supprimer l’usine de Bigny pour reporter toute l’activité dans l’Est. Finalement Bigny , non seulement tiendra, mais s’étendra encore; La SMG, devenue la Sté des Hauts Fourneaux de Saulnes et Gorcy  conserve à Bigny une affaire très prospère.

En 1931, c’est le pharmacien parisien Canone (l’inventeur des Pastilles Valda) qui rachète l’usine. Son fils Jacques, pharmacien lui-même, charge un ingénieur chimiste, Serge Vernudachi, du développement d’une nouvelle entreprise à vocation chimique.

A partir de 1936, commence à s’édifier une nouvelle usine destinée à l’électrolyse du chlorure de sodium et on remet en état digue et canal

En 1947, Jacques Canone, vend l’usine à la firme Cotelle et Foucher (Javel la Croix). Mais bientôt Serge Vernudachi (demeuré directeur général de l’usine) souhaite trouver un autre débouché car l’usine regorge de produits chlorés. Il pense à fabriquer et à blanchir au chlore de la pâte de paille. C’est une réussite en 1953 ; l’usine porte le nom de Cellulose de Bigny.

Une partie du personnel est licenciée en 1958. Reste soixante dix sept employés pour démonter le matériel et, un an plus tard, la première machine à papier est en état de fonctionner ! Disons que cette machine (une Blondel) provient de Côte d’Ivoire et qu’en février 58 une mission part récupérer ce matériel .

L’expédtion est dirigée par Pierre Gleyo et comprend Charles David technicien, FernandGuillemet électricien, Roland Béguin chef mécanicien et Robert Couturier mécanicien.

Malgré serpents, chaleur etc… l’opération qui dure quatre mois est menée à bien et 320 tonnes de matériel sont embarquéees à Abidjan.

On connaît la suite, l’usine sera reprise par la Société Walton et Place qui va continuer de la modifier pour en faire une véritable fabrique de papier. La société étendra ses activités sur tout le territoire français et, le er janvier 1972 par un processus de fusion avboutit a la création d’une entreprise unifiée à direction unique, la SOCAR.

Voici quelques années, cette même firme fit construire de nouveaux ateliers très important et créait une caisserie. Utilisant d’une part les « krafts » produits par la Cellulose du Pin dont  Walton et  Place est une filiale, le papier cannelure fabriqué avec des bois feuillus, cette nouvelle usine produit des emballages en carton ondulé de plus en plus utilisés dans tous les genres de commerces. Ainsi en quelques années , Bigny – Vallenay a retrouvé une activité industrielle fort intéressante.

 

 

Que reste-il des établissements anciens ?

D’après le plan de 1830.

Une maison de maître;

Logement des ouvriers (en prolongement);

Peut-être la porte d’entrée d’un four. Une très belle construction que l’actuelle usine a fait restaurer.

Une maison de maître à la « Petite Forge » achétée en 1983 par Madame Bouvard qui répare les méfaits de 10 ans d’abandon. C’est également grâce à sa clairvoyance que le site de la petite forge a été inscrit sur l’inventaire supplétaire des Monuments historiques le 21 mars 1991.

Cette protection concerne l’ancien logement d’ouvriers (construit vers 1835, c’est un bâtiment novateur car il comporte trois pièces), elle couvre aussi les façades et les toitures de l’ancienne pointerie, de la maison des maîtres, du bâtiment annexe, ainsi que l’ancien canal de dérivation construit en 1841.

Les Sarrasins importèrent en France de grands perfectionnements dans le traval en substituant aux forges à bras, des forges mobiles, des établissements fixes avec hauts fourneaux mus par la force hydraulique.

A la fin du Moyen-âge, Bigny est situé sur le territoire très boisé d’un domaine seigneurial. Le Marquis Charles de Bigny qui est l’un des grands écuyers de François 1er est voué à la métallurgie: une convention d’exploitation d’une forge « faisant fer par eau » passée entre les « feux » et leur seigneur porte la date du 7 septembre 1573.

Qui dit forge dit eau : les métallurgistes de Bigny ont détourné le Cher par une digue et un canal, l’eau faisant tourner les roues à aube.Qui dit forge dit évidemment fer : le minerai est extrait du site dans un rayon de 10 km.

Les Marquis de Bigny étaient propriétaires des forges (créees sous l’administration de Colbert). Jadis le département du Cher était le premier producteur de fer de France. A cette époque fut construite une digue barrant le Cher afin d’alimenter le canal de dérivation. Elle était faite de fagots (encore devons nous être prudents avec ces dates).

Quand ont lit dans les chroniques qu’en 1640 la famille de Bigny obtint le droit de construire sur le Cher une digue de fagots, cela nous évoque un ouvrage rudimentaire digne de gaulois ou de peuplades primitives. Or, il n’en est rien, il s’agit d’une technique encore en usage d’ailleurs avec moyens accrus, technique qui permet la construction d’infrastructures hydrauliques considérables et durables. Elle a l’avantage de ne pas réclamer l’impantatin d’un bardeau et d’utiliser la rivière elle-même.

En fait, en période de basses eaux on enfonçait dans le lit de la rivière des pieux à intervalles réguliers dans lesquels on entrelaçait des baliveaux. Bien entendu l’eau passait au travers. Devant cette palissade solide mais rudimentaire, on entassait des fagots et des fascines. Comme cette opération se faisait généralement en été, fagots et baliveaux étaient encore couverts de leurs feuilles.

A ce stade du travail, en partant d’une des rives, on déversait sur le devant des fagots, de la terre, la plus argileuse possible; une grande partie partait au fil de l’eau mais le courant peu à peu colmatait tout, grâce à cette boue glaiseuse retenue par les feuilles et les ramilles.

Ainsi, de proche en proche, en avançant , on arrivait à conduire l’eau où on le désirait , en l’occurence dans le canal de dérivation. Bien entendu on avait construit, en charpentes bien implantées avant que l’eau ne soit canalisée et ait atteint sa force (généralement près des rives) les empellements nécessaires pour les fortes eaux et qui restaient ouverts jusqu’à ce que la dernière brouettée de terre fût enlevée du canal. Il restait alors à les fermer et la rivière était déviée en tout ou partie pour couler dans le canal et le remplir.

Le plus souvent alors on remblayait encore la digue avec fagots et terre en avant pour consolider et en arrière pour assurer en plus une large chaussée permettant l’entretien et le passage. Il va sans dire que pour tous les barrages la solidité de l’ouvrage dépendait de son ancrage dans le lit de la rivière mais celui-ci était aidé par le poids de la terre accumulée.

On peut se rendre compte par cette description sommaire, que digue de fagots ne signifiait pas une construction rudimentaire comme en feraient les indiens Jivaros pour s’assurer d’une bonne pêche, mais d’un travail qui était capable de durer plusieurs siècles et qui en plus, par rapport à la digue actuelle, offrait l’avantage en période d’eaux relativement basses, de permettre le passage des bêtes de selle ou de bât et même en été des « voiturons », d’autant plus que le canal était, presque en face, traversé d’un pont carrossable facilitant le passage d’Allichamps au Château de Bigny et à Vallenay (Pierre Aubailly – Bulletin communal).

En 1770, (le minerai vient de Lespinasse) on installe un haut-fourneau et une fonderie qui produisent environ 375 tonnes de fonte par an , convertie en fer doux. Le produit transformé est commercialisé et acheminé via le Cher vers Nantes et vers l’Auvergne. L’exploitation du site se révèle relativement performante : dans les années 1780 on parvient même à y produire des canons (Robin).

Un texte de 1837 rapporte que celle-ci se compose d’un hauit-fourneau, d’un lavoir à minerai mû par une roue hydraulique, d’une forge à quatre feux et à deux marteaux, d’une fonderie anglaise, de deux trains de cylindres lamineurs et de trente huit bobines de tréfilerie. Une machine à vapeur de la force de trente chevaux est en outre destinée à suppléer à l’insuffisance des eaux. Bientôt une seconde machine de cent chevaux sera installée.

 

Cette usine consomme annuellement quarante mille stère de bois à charbon et huit mille hectolitres de houille.

Ajoutons que le minerai était trouvé sur place et que le bois provenait d’Arpheuille et de Meillant. Traité au charbon de bois, le fer était particulièrement renommé (c.f. La vie des Mineurs de Chambon).

L’usine occupait 36 ouvriers (sans compter les contremaîtres, les muletiers, les charbonniers et les bûcherons). Les autres emplois étaient également nombreux puisqu’on sait qu’à la forge il y avait cent vingt six mulets et cent dix neufs ânes chargés du transport du minerai et du charbon.

 

————————————————————————–

Nous avons dans nos archives (malheureusement sans références précises) un texte indiquant que Léonard de Vinci aurait travaillé au plan de la digue et du canal.

Ajoutons que le 4 janvier 1724, nous trouvons la continuation d’un bail au Sieur Larduinat , de terres, prés, domaines et bois par Mr de Bigny moyennant 3 400 l. devabt Foullenay notaire. (Archives privéees). Vers 1730-33, un texte d’archives (457 n°27-28) indique que, si le propriétaire est toujours le Seigneur de Bigny, l’exploitant Louis Lardouinat (et son fils Louis) achètent du bois dans la forêt de St Palais appartenant à l’archevêque de Bourges. ( Sans nous étendre sur la présence de notre ancêtre à cette époque, signalons qu’en 1741, ce Louis Lardouinat – marchand de bois – est en procès contre les sieurs Samson et consors et Alain Paradis – Arch. N.A. 684)

Les seigneurs de Bigny étaient donc autrefois de puissants maîtres de forge. Un texte retrouvé en mairie nous laisse entendre que le « Champ de vaine pâture » aurait été donné par la famille Augier, à Bigny, pour la construction d’une sorte de « corons » (logements des ouvriers).

A la suite de partages au début du XIX ème siècle, les forges passèrent aux mains de la famille d’Osmond (ancêtre du duc de Maillé, Madame d’Osmond est la fille de Caroillon-Destillères) et propriétaire du château de Châteauneuf-sur-Cher.

Le cadastre de 1820 indique que le marquis d’Osmond était propriétaire de la forge et de ce qui l’entoure, tandis que le baron Augier (descendant des seigneurs de Bigny) possédait le château et les terres voisines.

Vers 1830, M.GALLICHER, était directeur des forges de Bigny. Son fils Louis, sorti ingénieur de Centrale en 1837, à 23 ans, vint aider son père, puis en 1839 prit la direction de l’usine.

Il épousa alors la fille de l’entendant du comte d’Osmond. Durant son séjour à Bigny,de 1837 à 1851, il prit une part active à la vie agricole de tout le département.

La forge était propère à cette époque et le resta longtemps encore .

L’usine se compose de :

– un haut-fourneau au charbon de bois avec un lavoir à mine sur le bief avant,

– quatre feux de forge au charbon de bois avec deux marteaux,

– cinq fours à réchauffer la houille,

– une fonderie avec deux trains de laminoirs et trente huit bobines de tréfilerie.

et pour le travail on compte :

– dix neuf ouvriers au haut-fourneau,

– douze forgerons et six aides aux feux de forge,

– vingt ouvriers au laminage,

– douze ouvriers à la tréfilerie,

– quatre ouvriers aux fours à réchauffer,

– trente ouvriers à l’extraction du minerai,

– soixante dix transporteurs et voituriers (minerai, charbon de bois, etc…).

On produit mille tonnes de fonte affinée sur place (on sait que cent tonnes de minerai donnent huit tonnes de fer, que le haut-fourneau fonctionne toujours au bois et que les fours à réchauffer de la forge consomment huit  cents tonnes de houille).

Des statistiques de 1870 montrent que la majeure partie de la population avait son emploi à « l’usine ». On trouve sur les listes électorales, et à l’Etat-Civil, tous les corps de métiers, depuis le lamineur, le tendeur, le routier … jusqu’au marteleur.

Un autre maître de forges, très actif, fut vers 1875 M.Tremeau.

En 1889, les forges s’arrêtent; on commençait à s’apercevoir des difficultés de rentabilité (transport du charbon, concurrence, etc…).

La population du village baisse.

1876 : 1 443 hab.

1881 : 1 350   –

1891 : 1 049  –

1896 :    957 –

1901 :    901  –

En 1905, M.Clément Labbé, venu de St Florent, reprend la forge qui fonctionne tant bien que mal jusqu’à la guerre de 1914-1918.

En 1918, M. Véry le remplace pour y travailler le bois (menuiserie, parquetterie); puis il achète une partie des « ordons » du bois de Bigny et fait construire vers 1920 de nouvelles usines (fabrication de coffres d’accumulateurs pour les chemins de fer, puis installation d’une chaînerie électrique : on y fait du grillage et des pointes). Un embranchement de chemin de fer est créé.

Ainsi , l’industrie métallurgique est revenue à Bigny; la vieille forge est abandonnée et toute l’activité transportée dans les nouveaux bâtiments.

Il faudra attendre les annéees précendant la seconde guerre mondiale pour voir reprendre vraiment l’activité industrielle de Bigny. Vers 1938, l’usine de M.Véry reprise par M.Valentin est acquise par la Sté Métallurgique de Gorcy. Cette importante maison lorraine doit se replier en raison des menaces de guerre Un moment même, Bigny et Vallenay recevront toute la population de la commune de Gorcy et notamment tous les cadres de l’entreprise.

La guerre terminée, on hésite à supprimer l’usine de Bigny pour reporter toute l’activité dans l’Est. Finalement Bigny , non seulement tiendra, mais s’étendra encore; La SMG, devenue la Sté des Hauts Fourneaux de Saulnes et Gorcy  conserve à Bigny une affaire très prospère.

En 1931, c’est le pharmacien parisien Canone (l’inventeur des Pastilles Valda) qui rachète l’usine. Son fils Jacques, pharmacien lui-même, charge un ingénieur chimiste, Serge Vernudachi, du développement d’une nouvelle entreprise à vocation chimique.

A partir de 1936, commence à s’édifier une nouvelle usine destinée à l’électrolyse du chlorure de sodium et on remet en état digue et canal

En 1947, Jacques Canone, vend l’usine à la firme Cotelle et Foucher (Javel la Croix). Mais bientôt Serge Vernudachi (demeuré directeur général de l’usine) souhaite trouver un autre débouché car l’usine regorge de produits chlorés. Il pense à fabriquer et à blanchir au chlore de la pâte de paille. C’est une réussite en 1953 ; l’usine porte le nom de Cellulose de Bigny.

Une partie du personnel est licenciée en 1958. Reste soixante dix sept employés pour démonter le matériel et, un an plus tard, la première machine à papier est en état de fonctionner ! Disons que cette machine (une Blondel) provient de Côte d’Ivoire et qu’en février 58 une mission part récupérer ce matériel .

L’expédtion est dirigée par Pierre Gleyo et comprend Charles David technicien, FernandGuillemet électricien, Roland Béguin chef mécanicien et Robert Couturier mécanicien.

Malgré serpents, chaleur etc… l’opération qui dure quatre mois est menée à bien et 320 tonnes de matériel sont embarquéees à Abidjan.

On connaît la suite, l’usine sera reprise par la Société Walton et Place qui va continuer de la modifier pour en faire une véritable fabrique de papier. La société étendra ses activités sur tout le territoire français et, le er janvier 1972 par un processus de fusion avboutit a la création d’une entreprise unifiée à direction unique, la SOCAR.

Voici quelques années, cette même firme fit construire de nouveaux ateliers très important et créait une caisserie. Utilisant d’une part les « krafts » produits par la Cellulose du Pin dont  Walton et  Place est une filiale, le papier cannelure fabriqué avec des bois feuillus, cette nouvelle usine produit des emballages en carton ondulé de plus en plus utilisés dans tous les genres de commerces. Ainsi en quelques années , Bigny – Vallenay a retrouvé une activité industrielle fort intéressante

 

Que reste-il des établissements anciens ?

D’après le plan de 1830.

Une maison de maître;

Logement des ouvriers (en prolongement);

Peut-être la porte d’entrée d’un four. Une très belle construction que l’actuelle usine a fait restaurer.

Une maison de maître à la « Petite Forge » achétée en 1983 par Madame Bouvard qui répare les méfaits de 10 ans d’abandon. C’est également grâce à sa clairvoyance que le site de la petite forge a été inscrit sur l’inventaire supplétaire des Monuments historiques le 21 mars 1991.

Cette protection concerne l’ancien logement d’ouvriers (construit vers 1835, c’est un bâtiment novateur car il comporte trois pièces), elle couvre aussi les façades et les toitures de l’ancienne pointerie, de la maison des maîtres, du bâtiment annexe, ainsi que l’ancien canal de dérivation construit en 1841.

 

La lecture de la copie du livre de M.LARGUINAT , SI VALLENAY ETAIT CONTE, a fait réagir un des visiteurs du site , M.COURROUYAN , ancien cadre dirigeant de l’usine de BIGNY.

 

On ne modifie pas un livre mais on peut signaler des erreurs , apporter des rectifications et ajouter des informations complémentaires ; c’est ce que je vais faire ci-après avec des informations données par M.COURROUYAN .

 

 

La CELLULOSE DU PIN, filiale de la Société ST GOBAIN , achète la COMPAGNIE ELECTRO CHIMIQUE DU CENTRE à la Société COTELLE et FOUCHER en 1957. Parallèlement, elle achète la Société WALTON et PLACE qui possède 3 usines de fabrication de carton ondulé.

 

6 raisons principales motivent cet achat :

 

¨un développement prévisionnel important du marché national de l’emballage

¨l’utilisation du papier Kraft produit par l’usine de FACTURE en GIRONDE

¨la production de papier pour le carton ondulé (cannelure et couverture)

¨une région agricole importante, productrice de paille

¨un massif boisé (aulne principalement) bon à être utilisé

¨l’implantation à PANTIN d’une fabrique de carton ondulé dans des locaux exigus

 

A partir de cette date, la CELLULOSE DU PIN dirige toutes les opérations qui vont faire évoluer le site de BIGNY.

 

Parallèlement aux travaux de démontage de la machine à papier qui sera installée à BIGNY , la CELLULOSE DU PIN réalise toutes les études :

 

¨De production de pâte de bois

¨De production de pâte de paille

¨D’installation et de modification de la machine à papier

¨De production de vapeur

 

Et se charge de la réalisation de ces projets.

 

On confie à MM.BLEU et COURROUYAN le soin de mener à bien ces travaux. Ils débutent en Novembre 1958 et se terminent en Mai 1959 avec la participation d’une équipe de plus de 100 monteurs.

 

La production de papier pour cannelure et couverture sera de 27 T/jour le premier mois et passera rapidement à 40/50 T/jour jusqu’en 1975 . A cette date, après d’importants travaux, la production passe à 110/120 T/jour.

 

Elle se terminera en MAI 2006 par la fermeture définitive de la papeterie de BIGNY , sacrifiée sur l’autel de la rentabilité et du profit. (commentaire du webmaster)

 

La direction de la papeterie est assurée par MM. SCHUECHMACHER ; les agents de maîtrise sont MM .HERNANDEZ, DELAC, MANO, GUILLEMET Raymond.

En Juin 1959, commencent les travaux de construction de la cartonnerie, sous la responsabilité de M. COURROUYAN.

 

Après avoir apporté 100 000 m3 de remblai, un bâtiment d’une superficie de 10 000 m2 est réalisé ; une onduleuse, des matériels de transformation du carton ondulé sont installés et l’usine commence sa production en Mai 1960.

 

Le directeur de la cartonnerie est M. GOYON ; les agents de maîtrise sont MM. DELUGIN , LAFON et CORTES.

 

L’usine évoluera tant en investissements, qu’en production, en personnel et en surface.

 

Plusieurs directeurs se succédèrent et, par la suite, après différentes fusions, absorbtions, la société prendra le nom unique de SOCAR.

 

En 1987/1988, SAINT-GOBAIN vendra sa filiale CELLULOSE DU PIN au groupe SMURFIT (irlandais) qui lui-même le revendra par la suite.

 

(ce texte a été rédigé en Juin 2006)

 

N.B : contrairement à ce qui est indiqué dans le livre de M.LARGUINAT,reprenant les termes du livreSOCAR une histoire d’avenir paru fin Décembre 1989 aux éditions Albin Michel, l’usine de BIGNY n’a jamais pris le nom de CELLULOSE DE BIGNY .Selon certains ce terme aurait figuré, à une certaine période,en filigrane sur le papier à lettres de l’entreprise.

 

 

 

 


Toute reproduction de documents, textes, photos est strictement interdite

ceux – ci étant la propriété de www.vallenay.info ne peuvent faire l’objet d’une copie sans l’autorisation du webmaster

                                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préférences

Mon compte

Mon courrier

Déconnexion

65 membres
Connectés :

odettebrun

Free Box

Recherche
Tous les contenus      Articles      Forum      Livre d’or      Liens      Nouvelles            Agenda
Rechercher

Sondage

Vote !
Résultats

Calendrier

Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n’y croyez pas ? Essayez ! Vous n’en reviendrez pas…

Nouvelles des Amis

Conseil général du Cher

Nouvelles des Amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *