1732 – Visite de Mgr de la Rochefoucault

ADC 1 Mi 23

 

27 Juin 1732

 

Monseigneur de la ROCHEFOUCAULT, accompagné de MM. Jean GILLES et Joseph JACQUEMET, Prêtres chanoines de Saint Ursin, s’est rendu en l’église St Martin de Vallenay….

Après la bénédiction au peuple, l’église a été inspectée et l’archevêque se prononce :

« Nous ordonnons :

1/ que les vaisseaux des Saintes Huiles soient changés pour des neufs propres et décents

2/ que soit faite une armoire dans le mur près les fonts baptismaux, et sera mis une balustrade plus une image représentant le baptême de Notre Seigneur par St Jean Baptiste

3/ que sera fourni un marbre pour les deux autels de la nef

4/ que celuy de St Eloy sera proprement rénové et soit mis un tableau neuf

5/ que les livres de chants et les deux tomes du rituel seront reliés

6/ que la charpente de la nef au dessous du clocher sera réparée, la couverture repiquée où il est besoin

7/ que le plafond au dessus des deux chapelles de la nef sera rattaché

8/ que les murs du cœur et de la nef seront remis en état »

Ces souhaits étant confiés à la diligence du procureur fabricien de la paroisse

 

N.B il s’agit là de l’ancienne église

 

Ensuite, l’archevêque dispense le sacrement de confirmation aux personnes de la dite paroisse disposées à le recevoir.

 

Le même jour, la visite continue par la chapelle domiciliaire du château de Bigny :

« Nous avons été informés par plusieurs habitant de la dite paroisse, laboureurs et domestiques du dit château, que la Dame de Bigny en était absente, partie ce matin en emportant la clef de la dite chapelle.

Le curé nous a précisé que la chapelle était en bon état de réparation et suffisamment décorée mais qu’il n’y avait aucun vaisseau ni ornements nécessaires à la célébration du sacrifice de la messe, qu’il y avait environ quinze ans que la dite chapelle est interdite et qu’il n’est pas à sa connaissance que depuis ce temps elle ait été relevée.

Sur quoi, nous confirmons l’interdit prononcé de la dite chapelle et défendons au curé d’y célébrer les sacrement »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.